L’histoire du lieu

DSCN6597 DSCN6547 DSCN6580
 

Une histoire tournée vers l’avenir

 

Depuis sa création en 1989, La Boîte à Jouer n’a (presque) pas pris une ride…

A l’origine, c’est un local poussiéreux un ancien chai à vin, situé au coeur du quartier des Chartrons, loin du centre, isolé, marginalisé.
Laurent et Jean-Pierre réhabilitent ce lieu, le soir après le travail. L’un est dessinateur industriel, l’autre éducateur.

Ils passent leurs nuits à peindre, construire, réparer, rafistoler.
A ce moment là, ils veulent utiliser ce local pour entreposer les décors de l’association de danse Kdanse créée par Laurent…

Le projet d’ouvrir un Théâtre naîtra peu à peu.

Quelques années plus tard, La Boîte à Jouer est devenu l’un des lieux les plus atypiques de la vie culturelle bordelaise. Un incontournable, où se produisent de jeunes compagnies, pas forcément connues mais qui souvent le deviennent.

La programmation que nous élaborons, théâtrale, musicale, clownesque est avant tout éclectique et nous avons plaisir à la partager avec vous!

Du one man show au cabaret, nous aimons tout particulièrement soutenir la création et accueillir de nouveaux talents.
L’accueil des compagnies est réparti sur 2 à 3 semaines, un temps qui permet de faire mûrir leur travail et de faire fonctionner le bouche à oreille.

L’éthique de la maison : la passion.
Patience et confiance aussi. Et générosité, avant tout !

Malgré les difficultés, les intempéries, la BAJ a résisté !
L’avenir reste toujours incertain mais soyons optimistes.

Pourvu que ça dure !
 
 
porte vierge BaJ

 

Une démarche de développement du territoire

 

La Boîte à Jouer est au cœur d’un quartier en pleine mutation qui continue d’abriter une importante population relevant des minimas sociaux ou faisant face à l’une des multiples facettes de la précarité.

L’action transversale de La Boîte à Jouer alliant culture, art et social sert de médiateur pour un retour vers la citoyenneté : s’interroger sur le fonctionnement de la cité, se donner le droit à en être acteur ou actrice, reconstruire ses liens sociaux.

Cette articulation entre l’individuel et le collectif se fait à travers un ensemble d’actes qui s’appuient sur la programmation artistique et se prolongent par un travail individuel ou collectif soutenu par des dispositifs d’accompagnement. La forme du spectacle vivant sert à interroger l’individu sur la place qu’il occupe ou souhaiterait occuper, il interroge l’habitus par le jeu, il met en scène les situations sociales et questionne sur leur sens.

Cette démarche se mène en partenariat avec les acteurs sociaux de proximité. L’inscription forte de La Boîte à Jouer dans le Collectif Bordonor passe par la mutualisation de plus en plus de moyens sur des objectifs partagés autour du développement urbain. La mise en place d’actions croisées affirme une présence culturelle en utilisant au mieux, et en rendant plus lisibles, les lieux du territoire.

Pour en citer les principales : soutien à la billetterie tout public et jeune public pour les publics des structures conventionnées avec Bordonor, des partenariats avec les appareils scolaires et les associations pour l’appropriation individuelle des actions culturelles, les haltes-garderies culturelles pour des sorties au spectacle familiales, l’investissement du Jardin de ta Sœur (friche Dupaty)…

Se démarquant d’un modèle marchand de la culture, La Boîte à Jouer va à la rencontre de ses publics non pas en investissant majoritairement des espaces publicitaires qui sélectionnent des consommateur-trice-s sensibles au fait artistique, mais par un maillage d’acteurs présent auprès des populations locales dans leurs diversités d’origines.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *