La démarche

 

Un espace ouvert sur les continuités

 

La continuité des espaces artistiques et conviviaux

La topologie de La Boîte à Jouer organise deux salles intimes de spectacles (60 et 42 places) autour d’un espace de rencontre épicurien. Sa modularité s’adapte aux différents moments organisés pour permettre la rencontre sous toutes ses formes. Lieu de débat, lieu de spectacle, lieu de parole, il permet en permettant à chacun de s’attarder, d’envisager la sortie au spectacle vivant autrement que comme un acte purement marchand.

 

La continuité temporelle de l’action

Depuis son ouverture La Boîte à Jouer a imprimé, modestement mais résolument,  sa marque de fabrique dans l’histoire du spectacle vivant aquitain. Première scène bordelaise dédiée à l’émergence, nombreux ont été les professionnels qui y  ont fait leur premières armes. Novateur, nombreux sont les lieux qui ont essaimé ses pratiques. Aujourd’hui, La Boîte à Jouer tient à rester un lieu repère qui inscrit ses actions dans la durée en gardant le droit à l’innovation.

 

La continuité territoriale des acteurs du projet

La Boîte à Jouer inscrit ses partenariats dans une continuité qui part de l’échelon associatif local pour s’inscrire dans les politiques nationales de la culture :

A l’échelon local, elle participe au maillage des acteurs associatifs locaux : le Centre Social Bordeaux-Nord, les collectifs Bordonor, du Jardin de ta Sœur, de l’Université Populaire et cela sur de nombreuses actions comme : les P’tits Couch’tard, l’aide à l’accès au spectacle, les actions sur l’espace public…

Elle participe au niveau de la ville par le biais du Développement Social Urbain et de la Protection de la Jeunesse par exemple dans le cadre du développement d’ateliers,

Dans le cadre de la région et du département, elle allie action culturelle et artistique, coproduction avec l’OARA et l’IDDAC,

Enfin au niveau national, elle inscrit dans le cadre de la DRAC son projet artistique sous le thème de l’émergence et s’associe à l’ONDA sur des actions ponctuelles.

 

La continuité dans l’éthique du projet

Favoriser l’accès au théâtre : en faisant par exemple un travail sur le prix des places par l’action de la subvention publique et le travail collectif.

Le respect de l’argent public : nous avons la chance de vivre dans un état de droit qui inscrit dans ses lois le droit à la culture et maintient des financements pour faire de ce droit une réalité. Nous devons tout faire pour le sauvegarder et orienter cet argent public vers le public.

 

Vers plus de liens entre les artistes et les publics

D’autre part, la configuration du lieu et le rapport de proximité établi avec les publics permet des rencontres formels ou informels avec les artistes à la fin des représentations permettant de désacraliser la relation artiste/public et de susciter (on l’espère) des vocations ou un intérêt plus marqué pour le théâtre.

2 réflexions sur “ La démarche ”

  • 20 mai 2016 à 19 h 46 min
    Permalink

    Mais un theatre, c’est aussi aider les jeunes compagnies a creer et a s’inscrire professionnellement dans le paysage artistique . La viabilite economique de ces compagnies oblige a un tarif minima de 7 € par personne. Consciente des difficultes economiques des structures educatives, La Boite a Jouer sait que celles-ci ne pourront pas toutes se permettre ce tarif.

    Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *