Le Mardi à Monoprix

Du 30 Octobre au 14 Novembre à 21h (du mercredi au samedi)

« LE MARDI A MONOPRIX »

Cie Nouvelle Éloïse (Île de France)

SALLE 2

 

Théâtre

à partir de 12 ans

Durée : 1h

SONY DSC

 

Tous les mardis, Marie-Pierre et son père ont pris l’habitude de passer la journée ensemble. lls parlent de tout et de rien, font les courses pour la semaine au Monoprix. On connaît bien ce couple mal assorti dans les rayons de ce magasin de quartier. Mais on ne peut s’empêcher de les scruter, de dévisager cette grande et belle femme trop voyante, trop maquillée. Une grande femme qui, avant de se faire appeler Marie-Pierre, portait le prénom de Jean-Pierre.

C’est en voyant un tel couple dans un supermarché qu’Emmanuel Darley a eu l’idée d’écrire l’histoire de cet homme devenu femme. L’auteur a ainsi imaginé ce que l’on se dit dans de telles circonstances et ce que l’on préfère taire. Ce que l’on parvient à accepter et ce qui reste une blessure, ce qui perdure d’avant et ce qui s’affirme dans le présent…

Jean-Pierre a disparu pour laisser la place à Marie-Pierre. Il est important de porter la parole de Marie-Pierre, dans cette période où la liberté de chacun est menacée par une société qui se ferme et se radicalise, c’est essentiel même.
Cette pièce n’est pas une simple histoire de travestissement, c’est avec justesse et émotion que l’on comprend le combat quotidien de cette jeune femme, qui ose tout simplement vivre son identité malgré les autres.

SITE : http://www.nouvelleeloise.fr/

 

Adaptation de l’oeuvre « Le Mardi à Monoprix » d’Emmanuel Darley

Interprétation : Sébastien Harquet

Mise en scène : Bruno Ladet

Musique et lumière : Thomas Merland

Note d’intention de Bruno Ladet

On ne sait jamais pourquoi on aime un texte plus qu’un autre, tel auteur plus que celui – ci. Pourquoi on décide de se lancer dans la formidable aventure de créer ce texte là, de mobiliser son énergie et celle de toute une équipe. Dans le cas de « Le Mardi à Monoprix » c’est une évidence.

Une jeune femme, Marie-Pierre raconte dans le détail comment elle s’occupe de son père, le mardi. C’est une histoire intime d’une relation difficile entre un père et sa fille … A cela prêt qu’avant, Marie-Pierre s’appelait Jean-Pierre et que son père n’a jamais accepté sa transformation. Et pourtant, Il faut bien aller faire les courses tous les mardi au Monoprix.

Et là, à travers le récit de Marie-Pierre on sent les regards qui se portent sur elle, pas tout à fait agressifs, pas tout à fait malveillants mais tout simplement pesant. L’auteur nous fait passer ainsi de l’intime au politique, à travers ce combat quotidien de cette jeune femme, qui ose tout simplement vivre son identité malgré les autres.

Le travail d’Emmanuel Darley sur l’écriture est absolument remarquable. Marie-Pierre à un langage qui lui est propre. C’est une langue élégante, pleine d’humour et de vie. Le public est l’autre personnage de la pièce, il doit être présent avec elle. Il doit faire un voyage en sa compagnie, l’accompagner dans son récit.

Sans titre-1

Mise en scène : Bruno Ladet

Metteur en scène et comédien, Bruno Ladet a été formé au conservatoire national de région de Cergy-Pontoise dans la classe d’Hubert Japelle, puis à l’école parisienne des Enfants terribles. Il s’est perfectionné auprès de la chorégraphe Lila Green en travaillant l’implication du corps dans le jeu. Il a joué avec différents metteurs en scène dont Agathe Alexis, Bruno Dairou et Rushed Mustafaied. Les rôles de Nick, dans Qui a peur de Virginia Woolf? d’Edward Albee, John dans Oléanna de David Mamet ou Solange dans Les Bonnes de Jean Genet ont marqués sont parcours de comédien.

En 2003, il réalise sa première mise en scène avec Le Premier d’Israël Horovitz, qui connaîtra un beau succès avec plus de 160 dates de tournée sur 4 ans.
En 2004, Bruno Ladet devient directeur artistique de la Nouvelle Eloïse avec l’idée de fouiller la ligne artistique et de faire vivre ce compagnonnage qui lui tient tant à coeur.
En 2008, il a pu confirmer sa pratique de metteur en scène et son approche esthétique du théâtre par un Master de dramaturgie et mise en scène. Toujours en mouvement et en recherche autour du spectacle vivant, il a pu récemment perfectionner son art auprès de Philippe Adrien, Lucien Attoun ou David Lescot.

De 2008 à 2011, il a travaillé sur les pièces de Laurent Gaudé, Cendres sur les mains et Onysos le furieux.
En 2013 il travaille sur la pièce d’Edward Bond Les Enfants qu’il crée au Théâtre 95.
En 2014, il a fait une formation d’écriture et de réalisation avec entre autre Gaël Morel, Michaël Buch et Serge Meynard. Il écrit et réalise par la suite son premier court métrage.

Bruno Ladet a aussi un parcours de pédagogue, il intervient pour la scène nationale de Cergy-Pontoise et du Val d’Oise, pour la compagnie Nouvelle Eloïse et le théâtre du Vieux balanciers auprès de collégiens, lycéens. Il a mené plusieurs stages en maison d’arrêt, a conduit des formations en partenariat avec l’IUFM ou les écoutants de la Croix-Rouge française.

Interprétation : Sébastien Harquet

Après avoir obtenu son Master de Traduction à l’Université Paul Verlaine de Metz, il s’inscrit au Cours Florent en 2008 où il suit la classe de la comédienne Vanessa Larré ainsi que les cours d’ « Acting in English » de Lesley Chatterley et commence à travailler face à la caméra avec le réalisateur Eric Forestier.
En 2009, il entre dans la classe de Michèle Garay au Conservatoire Hector Berlioz à Paris (10ème).

Il intègre la compagnie du Théâtre Nout où, dirigé par Hazem El Awadly, il joue dans plusieurs pièces de Jean Cocteau, Le Livre Blanc le Bel Indifférent.
Il fait la rencontre du metteur en scène et auteur Bruno Dairou qui lui offrira d’interpréter des extraits du Journal Vidéo de Jean-Luc Lagarce au Festival Off d’Avignon 2011. Cette collaboration se poursuit en 2012. Il interprète un des deux rôles de la pièce de Nathalie Sarraute Pour un oui ou pour un non qui se joue à guichet fermé pendant tout le Festival Off d’Avignon.
Pendant ce même festival, il incarne également un prisonnier victime d’homophobie dans le monologue engagé C’était Hier, écrit et mis en scène par Bruno Dairou.

Depuis 2011, il se produit régulièrement dans le spectacle musical pour petits et grands Ours’eau où il joue, chante et danse. Il jouera ce spectacle au Festival Off d’Avignon 2015.

Ces dernières années, Sébastien Harquet a continué à parfaire sa formation en participant à divers stages tels qu’un stage de travail intensif avec le coach de l’Actors Studio Jack Waltzer ou encore un travail sur « Le Récit au Théâtre » au sein du Centre Dramatique National de Nancy-Lorraine avec le metteur en scène Jean-Yves Ruf. Il a aussi abordé le clown avec Ben Rajca à travers la méthode enseignée par Mario Gonzalez au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique.

Il a joué dans plusieurs court-métrages. Le dernier en date s’intitule Les Nuits Mauves. Réalisé par le jeune et talentueux Coriolan Verchezer, il traite de l’identité sexuelle de manière onirique et devrait sortir d’ici l’été 2015.

Traducteur de formation, Sébastien Harquet aime beaucoup les langues étrangères, joue également en anglais et en espagnol, pratique le chant et envisage de reprendre la danse tahitienne qu’il a pratiquée pendant quatre ans au sein du Conservatoire Artistique Territorial de la Polynésie Française.

Création lumière & musique : Thomas Merland

Thomas Merland est un technicien polyvalent son et lumière formé au grim’edif à Lyon (2001)
2007-2008 : Création musique et sonore, photo-reportage au sein des collectifs « item », et « the womps »: « étre homo pologne », «duchorama», « étre homo argentine », « najat en campagne », « la fille perchée,making of », « étre homo cameroun »
Création musique et régie générale du spectacle « origines, no pasaran ; han pasado » Cie artizans
Création musique : film « une fleur sur le bitume » Cie artizans
2006-2007: Improvisation musique, régie générale : spectacle « les ombrotonomes » Cie les anacoluthes
2006:Création lumière et musique, régie générale: spectacle « Cendres sur les mains » Cie la Nouvelle Eloïse 2 mois, Ris orangis « centre robert Desnos »)
2005:Création lumière et musique, régie générale: spectacle « Cousine K » Cie Artizans (2 mois à Rodez « mjc »)
2004:Création musique: spectacle « lac de cire » Cie les Anacoluthes
2004-2006: Création lumière, régie générale: spectacle théâtre « Jeanne de Castille » Cie du VieuxBalancier
2003 Création musique et lumière, régie générale: spectacle « zutopies » Cie les Anacoluthes
2002 Création musique et lumière, régie générale: spectacle « camille claudel étre matière » Cie Artizans

5 Comments

  1. […] Jean-Pierre a disparu pour laisser la place à Marie-Pierre qui a l’habitude de passer les mardis avec son père. On connaît bien ce couple mal assorti dans les rayons du magasin. Dans cette période où la liberté de chacun est menacée par une société qui se ferme et se radicalise, il parait essentiel de porter la parole de Marie-Pierre. C’est avec justesse et émotion que l’on comprend le combat quotidien de cette jeune femme, qui ose tout simplement vivre son identité malgré les autres. En savoir plus… […]

  2. […] Jean-Pierre a disparu pour laisser la place à Marie-Pierre qui a l’habitude de passer les mardis avec son père. On connaît bien ce couple mal assorti dans les rayons du magasin. Dans cette période où la liberté de chacun est menacée par une société qui se ferme et se radicalise, il parait essentiel de porter la parole de Marie-Pierre. C’est avec justesse et émotion que l’on comprend le combat quotidien de cette jeune femme, qui ose tout simplement vivre son identité malgré les autres. En savoir plus… […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *