Come Out

Du 15 au 30 Janvier à 21h (du mercredi au samedi)

« COME OUT »

Les Petites Secousses (C.U.B./Bordeaux)

SALLE 1

 

Théâtre – Création

à partir de 10 ans

Durée : 1h15

 

Famille de classe moyenne  maison, chien et monospace.
Le père, la mère, Pauline, Olive. Aucun n’est à son aise.
Le père est immobilisé dans l’histoire d’amour révolue qu’est devenu son mariage.
La mère cache par son besoin de tout contrôler son anxiété et sa soif de liberté.
Pauline peine à exister et Olive se retrouve coincé dans le rôle que sa famille lui a distribué.
A travers des scènes de la vie quotidienne, à travers leurs discussions et leurs confidences comment chacun d’entre eux va-t-il pouvoir « sortir du placard » et se retrouver ?
Quand Olive se révèle avec ses doutes, ses fantasmes et ses fiertés, les personnages livrent leurs petits bouts de vérité.

Une famille on ne peut plus ordinaire aux tracas quotidiens. Une surprenante banalité permettant à chacun de nous de nous transposer.
Une réflexion sur ce qui nous unit et nous sépare. Qui est-on et qui veut-on être ?
Le père peine à exister, la mère est bordeline, la soeur joue la maman et le frère porte un secret.
Une belle invitation à sortir de l’extraordinaire, du spectaculaire pour se recentrer sur des personnages et un sujet, la famille, qui nous parle tous.

SITE DE LA COMPAGNIE : http://www.petitessecousses.fr/

SITE DU SPECTACLE : http://comeout.petitessecousses.fr/

 

Un spectacle écrit et mis en scène par Jérôme Batteux, assisté par  Émeline Hervé

Avec Eric André, Gaëlle Battut, Jean-François Coffin, Françoise Goubert

Crédit photos : StudioPlaire

 

« A l’occasion de la création de « Come Out » en Janvier 2016 à La Boîte à Jouer, la Cie des Petites Secousses lance une campagne de financement participatif. Notre objectif est de récolter suffisamment d’argent pour pouvoir embaucher un-e chargé-e de diffusion. Grâce à cette personne, nous espérons trouver des dates et donner une longue vie à notre spectacle. Pour cela mais aussi pour payer les costumes et les décors du spectacle, nous avons lancé une campagne de Crowdfunding.

Vous pouvez retrouver notre campagne sur cette page : http://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/come-out

L’idée c’est, bien sûr, de donner des sous (même des p’tits sous comme au Téléthon, y a pas de petit don !)  mais aussi de relayer l’info parce que plus il y a de monde informé, plus on a de chances de réussir notre collecte. On dispose 40 jours pour réunir 2500€ (pile poil le temps d’un tour du monde).

D’avance merci,

Jérôme et la Cie des Petites Secousses »

Note d’intention de l’auteur- metteur en scène : Jérôme Batteux

A l’origine, mon envie était de raconter par étape l’histoire d’un jeune homme qui découvre son homosexualité, l’accepte, la partage avec ses proches, la vit.
Le processus de maturation qui amène au coming out est long. Le temps de digestion et d’acceptation après le coming out l’est également. J’ai donc écrit par flash, par tranche, pour balayer plusieurs années de la vie de mes protagonistes. Et puis, nous nous sommes mis au travail. Les comédiens et moi nous avons travaillé une semaine en résidence. Une famille est née sur le plateau. Une famille qui a volé la vedette au seul personnage d’Olivier.
Je voulais montrer les enjeux, les bouleversements, mais aussi ce qui ne change pas après un coming out.
Parler de relations humaines et plus largement de la révélation de soi. Parler de la complexité de l’être humain avec simplicité.
L’homosexualité n’est pas le sujet du spectacle. Je me demande même si c’est un sujet en soi. Être homosexuel n’a jamais défini un être. C’est une parcelle de l’identité.

De même, dans Come Out, c’est une parcelle dans la vie de cette famille. Il y a, au même titre le divorce planant des parents, la compétition entre la mère et sa fille, la situation professionnelle du père. Les blessures de chacun. Les rôles qu’ils ont pris et qu’ils aimeraient changer ou garder à tout prix.
Le sujet est riche et je veux, en racontant cette histoire, montrer des relations qui évoluent. Parler des projections que l’on fait sur l’autre ou sur soi. Parler de faire le deuil d’un rêve pour accueillir la réalité. Montrer des êtres humains avec tout ce qui les anime.
Mes personnages sont des êtres humains à multiples facettes. Le coming out du fils s’inscrit dans un moment particulier de l’histoire de sa famille. Dans l’histoire de chaque être qui la compose. Il n’y a ni gentil ni méchant. Il n’y a que des personnes qui font ce qu’elles peuvent avec ce qu’elles sont au moment où les situations se présentent.

Nouvelle image2

Je souhaite terminer l’histoire de cette famille de façon optimiste. C’est important pour moi de dire que certes, il est compliqué d’annoncer à ses parents que l’on est homosexuel, que c’est souvent un processus long pour les parents de l’accepter et que ce n’est pas grave. Que c’est à chacun de faire un pas vers l’autre pour faire que les situations de la vie se débloquent. Et surtout que l’on peut être différent et vivre en harmonie avec les siens. Être heureux.

Mais, si j’ai envie de montrer des situations problématiques qui évoluent, des tensions qui se dénouent, je souhaite intégrer d’autres bouts d’histoires parce que je ne veux pas oublier les fois où cela se passe mal. J’ai rencontré, en résidence d’écriture, des jeunes au Refuge de Montpellier avec pour chacun des histoires plus violentes, plus absurdes ou plus dramatiques les unes que les autres. Je suis également touché par des vidéos que j’ai pu visionner sur youtube et sur lesquelles des ados font leurs coming out face à la caméra ou les filment à l’insu de leurs proches. Ce choix de mettre en scène son intimité pour la partager à grande échelle me questionne et j’ai envie ici d’y réfléchir plus avant.
De plus, on ne fait pas son coming out aujourd’hui comme on le faisait il y a 20 ans. Le regard que porte notre société sur l’homosexualité change notre façon de l’aborder. Les médias nous influencent beaucoup et internet à plus forte raison. Ils doivent faire partie du spectacle.
Le metteur en scène que je suis réfléchit à l’utilisation de la vidéo au théâtre.
Pour éviter les « copier/coller », elle prend sa place dès l’écriture.

Depuis le départ, je récolte des témoignages. Ceux de mes proches, ceux des associations que j’ai rencontrées (Contact, Wake Up), ceux des jeunes du Refuge de Montpellier où j’ai effectué une résidence en 2013. Ils nourrissent mon travail.
Ensuite, l’écriture est mise à l’épreuve du plateau dans la bouche et le corps des comédiens. Peu importe les modifications du texte initial. La justesse, la musique de la langue et la pudeur priment.

Come Out est un projet très personnel. Il me touche. La communication est certainement le sujet de réflexion qui me mobilise le plus.
J’ai toujours eu beaucoup plus d’affection pour la banalité que pour les grands destins. L’un des enjeux pour moi est de trouver où nait la théâtralité dans cette histoire de tous les jours à résonnance sociale. Convoquer le théâtre pour universaliser l’histoire particulière.
Comment ? Grace aux corps des comédiens, surement.

Nouvelle image4 Nouvelle image3

come out image

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *